mercredi 8 novembre 2017

C'est quoi un gloubiste ?

Un gloubiste est avant tout anonyme, il t’allume perfidement sur ton blog parce que tu as eu la bonne idée de lui donner la parole. Il ne va jamais jusqu’à laisser un commentaire fielleux, même anonyme. Il vient t’emmerder chez toi. Il n’aime pas la peinture de tes murs, ta façon de cuisiner, tes choix de livres, ta discothèque vintage, ta façon d’écrire ou de parler, mais il vient pour te laisser entendre que t’es vraiment le roi des cons et que rien, absolument  rien de ton décor ou de ta façon de vivre ne lui convient. Sans doute est-il doté d’une petite bite, à moins qu’il ne soit monocouille, mais son kif c’est de te faire sentir que tu n’es pas à sa hauteur ; je l’entends ricaner au fond de sa grotte humide, la bave aux lèvres, en train de s’astiquer le cerveau comme un ado se secoue le zgeg en se méfiant de l’irruption d’un ours.
Je pourrais zigouiller la ligne où à la fin de chaque billet le lecteur peut voter, mais je ne le ferai pas : c’est ma peinture, ce sont mes mots, mes idées, et ami gloubiste, je t’emmerde jusqu’à la septième génération. Je fais un rêve, ami gloubiste de mes deux, tu vas sortir de ta grotte et dire qui tu es, me tricoter un commentaire plein de haine, de vomi et de fiente de corbeau : quelque chose qui te ressemble. Ou te tirer ailleurs pour vivre ton inutile vie, tu ne sers à rien : va te suicider.




« Ô il était magnifique
le loup-garou
dans sa forêt maléfique.
Nous  l’avons emmené
à la fête foraine
et il s’est mis
à pleurer
en apercevant la grande roue. »
(Richard Brautigan, Dispose un thé de marbre in C’est tout ce que j’ai à déclarer)


2 commentaires:

  1. On ne dit pas un troll, plus trivialement?
    Parce que sinon, des gloubistes, j'en ai carrément un élevage chez moi, l'œil vif et le poil brillant! ;-)

    RépondreSupprimer
  2. Il existe quelques petites différences, mon cher Monolecte. Le gloubiste, c'est moi qui l'ai pêché, ici, après des heures de veille sur la rive d'un lac noir. Et il est beaucoup moins sautillant que le troll, plus pataud. Enfin, il ne digère rien, se noyant quotidiennement dans le flux de ses remontées gastriques ; lorsqu'il ouvre sa gueule, il pue la vase. J'ajoute que le troll est un con sournois et le gloubiste le prototype alpha du con atomique.

    RépondreSupprimer

Commentaires